Mon métier adoré, Pensées

Une biographie différente

Le problème (Enfin, quand je dis problèmes…) avec les biographies privées, c’est qu’elles sont… privées ! Confidentielles, donc, mis à part les -rares- ouvrages qui partent à la vente. Les occasions de pouvoir vous raconter les magnifiques aventures qu’emportent chacune de ces autobiographies ne sont donc pas légion, puisque je m’en tiens à un secret professionnel strict.

Au-delà de ce manque de visibilité (tout à fait logique), les biographies sont basées sur de longs écrits ; elles sont donc également peu visuelles.

C’est à ce dilemme que je réfléchissais récemment : comment créer une œuvre qui touche à l’intime tout en restant visuelle ? À ce moment de ma réflexion, par un de ces merveilleux hasards qui me font adorer la vie, j’ai découvert le site internet d’une jeune femme talentueuse, Audrey Kerjean : http://bd-personnalisee.com/ Le concept est le suivant : de votre vie, elle fait… une BD ! Sur la base de moments-clés, elle dresse le portrait (au sens propre) de l’évolution d’une vie, d’un couple, d’un enfant, etc.

L’approche de ce travail est donc similaire à celle d’une biographie privée. Toutefois, ce qui a achevé de me frapper, ce sont certains mots qu’Audrey Kerjean pose dans son à propos : « Mes « clients » sont pour moi des « collaborateurs », dans la mesure où ils s’impliquent dans chaque étape, de l’élaboration à la création. » C’est EXACTEMENT de cette manière que je conçois mon travail avec les narrateurs et les narratrices : comme une co-construction qui naît de ces belles rencontres.

C’est sur cette idée que j’aimerais vous laisser aujourd’hui : une rencontre, un futur à construire et un passé à écrire… ou à dessiner.

Et vous, vous l’envisagez comment, votre biographie ? 🙂

Pensées

Écrire

Je me rends compte aujourd’hui qu’au-delà de la gestuelle de l’écriture, du plaisir d’avoir un stylo qui danse dans la main, il y a aussi le bruit ; la bille d’encre qui court sur le papier, qui s’envole et qui retombe, avec légèreté ou lourdeur selon les émotions qu’elle transmet. Ce n’est pas juste un grattement ; c’est une mélodie pour papier-stylo.

Julie Lucquet, accro à l’écriture manuscrite 😀

Mon métier adoré, Pensées

Couper-coller, à l’ancienne

Je me dis que ce titre peut être vu comme une métaphore de l’année qui commence. On prend les bouts qui nous conviennent, et on les arrange dans un ordre qui nous paraît approprié.

De mon côté, j’ai la chance d’avoir eu une bonne année. Quelques frayeurs pour la santé de mes proches, mais tout le monde s’est remis et la vie continue. J’ai profité de la présence de mon compagnon et de mon fils, beaucoup. Et j’ai également pu écrire de chouettes histoires :

  • Un jeune homme de 22 ans, mis à la porte de chez lui à l’âge de 10 ans, qui a traversé deux continents avant de trouver une paix relative.
  • Une jeune femme née sourde qui ne s’est jamais déclarée battue d’avance. Grâce à sa ténacité, elle est devenue la première infirmière sourde en Suisse romande.
  • Une famille dont les membres sont nés en Tunisie, mais qui ont dû quitter leur patrie natale lors de l’indépendance pour rejoindre un pays qu’ils n’avaient jamais connu jusque-là.
  • Une femme dont le conjoint et les enfants sont atteints d’une maladie rare, le syndrome de Lynch. Elle raconte comment, malgré ce coup du sort, sa famille et elle sont toujours allées de l’avant.
  • Un homme, abandonné à l’âge de deux ans, qui aborde avec un grand courage son parcours : comment il a surmonté ses difficultés, comment son père l’a retrouvé et comment lui-même a retrouvé sa mère et ses sœurs.

Ces récits de vie sont toujours en cours en construction. J’aurai l’occasion de vous reparler en détail de certains d’entre eux, car ils sont destinés à sortir du cercle familial. En attendant, je vous embrasse tous et toutes et je vous souhaite une année des plus douces. Prenez soin de vous 🙂

Pensées

Se recentrer

Bonjour à tous !

Nous voici arrivés dans une « drôle » d’époque… En décembre dernier, quelqu’un m’a dit avoir l’intuition que mon année 2020 serait placée sous le signe de la famille. Je ne pensais pas devoir l’interpréter si littéralement 😉 Pourtant, je suis bien confinée chez moi avec ma petite famille : un huis clos de 15 jours minimum avec un enfant de 5 ans… Mon fils ne comprend pas, bien sûr, que son père et moi ne sommes pas en vacances et que nous devons travailler.

Hormis ces petits détails, qui nécessitent surtout de l’organisation pour varier (très) régulièrement les activités, j’ai la chance de ne pas être surprise par l’aspect « télétravail ». Cette manière de fonctionner constitue mon quotidien depuis quelques années ; j’en ai l’habitude. Pour les 10 % de mon travail qui nécessitent effectivement des entretiens en présentiel, j’utilise des logiciels comme Skype ou Zoom. D’ailleurs, je prédis (sans trop de risques de me tromper) un essor phénoménal de la visiophonie dans les semaines à venir !

Pour tout vous dire, habituellement, quand je tombe malade, cela signifie pour moi qu’il est temps de faire une pause. C’est comme si mon corps me disait : « Attention ! Tu vas trop vite, lève le pied ! Tu ne m’entends pas ? Bon, je t’envoie une petite angine pour faire passer le message. » Dans ces moments-là, je me pose, forcée de m’accorder un temps précieux. Cela me permet d’observer ma vie avec du recul. Quand je suis guérie, je reprends les rênes, plus attentive à la manière dont je fais avancer mon véhicule.

D’un point de vue « philosophique », je vois dans ce coronavirus une métaphore à grande échelle. Comme si notre planète nous disait : « Attention, l’Humanité ! Tu vas trop vite, lève le pied ! Tu ne m’entends pas ? Bon, je t’envoie une nouvelle maladie pour faire passer le message. » Et voici l’Humanité contrainte d’arrêter les véhicules (et la pollution qu’ils engendrent) et de prendre son temps. Je souffre pour les décès et les souffrances que le virus occasionne. Je souhaite de tout mon cœur que l’Humanité profite de cette période pour prendre du recul  : sur la manière dont elle gère la planète qui la fait vivre et sur la manière dont elle se comporte avec les êtres humains dont elle est constituée. En réalisant ce qu’elle a à perdre, peut-être que l’Humanité se rappellera de prendre soin de ce qui n’a pas de prix.

Je vous embrasse (Virtuellement, il n’y a pas de danger, promis !) Prenez bien soin de vous ❤

Mon métier adoré, Pensées

L’art de la biographie

Si vous prêtez attention à l’intitulé de mon entreprise, vous pourrez me voir que je me suis inscrite en tant que : « auteur de biographies pour clients privés ». Être auteur me classe dans la catégorie des artistes, même si j’ai choisi d’être auto-entrepreneur. Alors, qu’est-ce qu’un artiste, au final ? À cette question, je ne peux que répondre : « C’est celui qui fait de l’art. » Voilà qui ne nous avance pas beaucoup, je vous l’accorde… Alors, remontons aux sources et posons la question initiale : « Qu’est-ce que l’art ? » J’ai dû faire une dissertation à ce sujet durant mes cours de philosophie en terminale et j’en ai retenu qu’une multitude de définitions pouvaient s’appliquer… Pourtant, je me considère bien comme écrivain-biographe, auteur d’une création artistique. Laissez-moi vous expliquer cela par une analogie.

Imaginez un peintre, recevant son modèle dans son atelier. La personne arrive et s’installe. Le peintre trouve dans le personnage son inspiration et va ensuite décrire ses traits via un coup de crayon par-ci, une touche de peinture par-là… Le processus va durer un certain temps, et le résultat sera un portrait, réalisé grâce à telle ou telle technique de peinture, sur tel ou tel support physique : une œuvre d’art.

L’élaboration d’une biographie est similaire. Le narrateur prend place et, au lieu de placer son corps en modèle, c’est son récit de vie qu’il va nous offrir, pour que nous puissions nous en inspirer. Ensuite, c’est nous, auteurs, qui allons réaliser le travail artistique. Grâce à telle ou telle technique de littérature ou de mise en page, nous allons produire une œuvre unique, originale, qui est en fait une mise en peinture des traits de vie du narrateur. Sans celui-ci, nous n’aurions pas pu produire cette œuvre d’art mais, sans nous, il n’aurait jamais pu accéder à ce portrait de lui…

Je vous laisse méditer là-dessus : c’est ma manière de vous souhaiter une belle et lumineuse année 🙂

PS : Et n’hésitez pas à me donner votre avis en commentaire 😉

Pensées

La fête des mères approche !

Vous recherchez un cadeau original pour montrer à votre mère combien vous l’aimez ? Nous vous proposons de l’accompagner dans l’écriture du livre de sa vie ! Un livre-objet unique, précieux et conçu pour durer dans le temps. Une aventure incroyable, riche en partages et en émotions.
Les Compagnons Biographes, c’est un réseau de 50 écrivains biographes à votre service, partout en France. Découvrez nos portraits et choisissez le biographe idéal pour la première femme de votre vie : www.compagnonsbiographes.net

 

Pensées

Et les secrets de famille dans tout ça ?

Voilà un sujet intéressant !

Je vous propose de regarder ce documentaire présenté par France 5 très prochainement :

http://www.francetvpro.fr/france-5/communiques-de-presse/secrets-de-famille-lheritage-invisible-26059704

Et dites-moi ce que vous en pensez quand vous l’aurez vu 😉

Pensées

L’ancêtre au coin du feu

Fermez les yeux un instant. Voilà, comme ça… Maintenant, imaginez votre grand-père assis dans un fauteuil profond près de la cheminée. Un feu ronflant y crépite, réchauffant agréablement vos membres engourdis par le froid de l’hiver. La balade a été rude pour parvenir jusqu’à la maison de votre aïeul, mais vous êtes certain que le jeu en vaudra la chandelle. Doucement, vous vous approchez du siège confortable qui accueille votre ancêtre et vous demandez : « Dis, papi, c’était comment quand tu étais petit ? » Alors, votre grand-père se tourne vers vous et commence à raconter…

Mais chut, n’en disons pas plus ! Car ce que votre aïeul s’apprête à vous révéler ne concerne que quelques paires d’oreilles triées sur le volet. Généralement, il s’agit de celles des membres de la famille. Quelquefois, le cercle des heureux élus s’étend aux amis et aux voisins. Plus rarement, au village entier.

Bien sûr, le récit de votre grand-père n’est pas exhaustif. Il ne met en lumière que les souvenirs les plus vivaces, les plus intenses, les plus importants pour le narrateur. L’histoire contée par celui-ci ne révèle pas LA vérité, mais SA vérité. Mais cela ne vous dérange pas. Car, de votre aïeul, vous avez la chance de garder cette trace. Et c’est un cadeau infiniment précieux que votre ancêtre vous a offert lors de cette mémorable soirée au coin du feu…

Et moi, dans l’histoire, me direz-vous ? Eh bien, en tant qu’écrivain-biographe, je vous propose humblement de faire des mémoires de votre grand-père un livre qui résistera au temps et à l’oubli. Appelez-moi donc et nous en discuterons 🙂

Pensées

Une écriture différente

Bonjour à tous !

Je discutais avec une cliente récemment, à propos de la finalisation de la biographie de sa maman. Elle m’a demandé si j’avais d’autres biographies sur le feu en ce moment. Alors, oui, bien sûr, j’en ai ! Si je me tiens à la confidentialité stricte pour tout ce qui concerne mes biographies, j’ai toutefois pu lui parler (dans les grandes lignes) d’un ouvrage qui va être rendu public : l’histoire d’un petit garçon qui a souffert, à l’âge de quatre ans d’un arrêt cardiaque anoxique, et de comment il a récupéré en partie ses fonctions cognitives et motrices.

Ma cliente m’a alors fait remarquer que c’était très loin du travail effectué avec sa mère. C’est tout à fait vrai ! D’un côté, je suis passeur de mémoire : je participe à la transmission d’un patrimoine essentiel au sein d’une famille. De l’autre côté, je suis passeur de message en plus de passeur de mémoire : je fais en sorte d’ouvrir la communication au-delà du lectorat familial, dans l’espoir d’améliorer la prise en charge des syndromes cardiaques chez les nouveaux-nés et des lésions cérébrales en général.

Bien entendu, l’écriture est différente dans ces deux approches. Le travail l’est donc également. Dans les deux cas, pourtant, je m’épanouis, ravie d’être à ma place au sein de chacun de ces rôles… 🙂

Belle journée à tout le monde, restez au chaud si vous le pouvez !

Julie Lucquet

Pensées

Mise en perspective

Voici une mini-bd du merveilleux Pascal Campion : http://pascalcampion.blogspot.com/2019/01/expectations.html

Pour ma part, j’oscille entre les trois dernières cases. Car, oui, écrire des biographies, c’est tout un art 🙂

Et vous, où en êtes-vous ?