Je suis là pour vous

Pensées

Se recentrer

Bonjour à tous !

Nous voici arrivés dans une « drôle » d’époque… En décembre dernier, quelqu’un m’a dit avoir l’intuition que mon année 2020 serait placée sous le signe de la famille. Je ne pensais pas devoir l’interpréter si littéralement 😉 Pourtant, je suis bien confinée chez moi avec ma petite famille : un huis clos de 15 jours minimum avec un enfant de 5 ans… Mon fils ne comprend pas, bien sûr, que son père et moi ne sommes pas en vacances et que nous devons travailler.

Hormis ces petits détails, qui nécessitent surtout de l’organisation pour varier (très) régulièrement les activités, j’ai la chance de ne pas être surprise par l’aspect « télétravail ». Cette manière de fonctionner constitue mon quotidien depuis quelques années ; j’en ai l’habitude. Pour les 10 % de mon travail qui nécessitent effectivement des entretiens en présentiel, j’utilise des logiciels comme Skype ou Zoom. D’ailleurs, je prédis (sans trop de risques de me tromper) un essor phénoménal de la visiophonie dans les semaines à venir !

Pour tout vous dire, habituellement, quand je tombe malade, cela signifie pour moi qu’il est temps de faire une pause. C’est comme si mon corps me disait : « Attention ! Tu vas trop vite, lève le pied ! Tu ne m’entends pas ? Bon, je t’envoie une petite angine pour faire passer le message. » Dans ces moments-là, je me pose, forcée de m’accorder un temps précieux. Cela me permet d’observer ma vie avec du recul. Quand je suis guérie, je reprends les rênes, plus attentive à la manière dont je fais avancer mon véhicule.

D’un point de vue « philosophique », je vois dans ce coronavirus une métaphore à grande échelle. Comme si notre planète nous disait : « Attention, l’Humanité ! Tu vas trop vite, lève le pied ! Tu ne m’entends pas ? Bon, je t’envoie une nouvelle maladie pour faire passer le message. » Et voici l’Humanité contrainte d’arrêter les véhicules (et la pollution qu’ils engendrent) et de prendre son temps. Je souffre pour les décès et les souffrances que le virus occasionne. Je souhaite de tout mon cœur que l’Humanité profite de cette période pour prendre du recul  : sur la manière dont elle gère la planète qui la fait vivre et sur la manière dont elle se comporte avec les êtres humains dont elle est constituée. En réalisant ce qu’elle a à perdre, peut-être que l’Humanité se rappellera de prendre soin de ce qui n’a pas de prix.

Je vous embrasse (Virtuellement, il n’y a pas de danger, promis !) Prenez bien soin de vous ❤

Exemples de récit

Extrait d’ouvrage

Bonjour à tous et à toutes !

Je vous propose de revenir sur une biographe que j’ai rédigée en 2019 pour Svetlana Serigny (http://brain-injury-hope.com/). Ce livre commence par un drame : le fils de 4 ans de Svetlana, Marc, s’écroule au milieu de l’après-midi et son cœur cesse de battre. Comment ? Pourquoi ? Les parents n’en ont pas la moindre idée, mais ils ne se posent pas de question : ils commencent immédiatement les premiers soins pour sauver leur fils.

Trois ans plus tard, Svetlana est venue me conter cette histoire. Pendant 10 heures au total, nous avons évoqué ce qui a suivi : la réanimation de Marc, ses multiples opérations pour soigner son syndrome cardiaque rare et son combat pour retrouver chaque jour un peu plus de ses facultés.

C’était un récit touchant et plein de force. Aujourd’hui, avec l’accord de la narratrice, je vous invite à en lire le premier chapitre…

Bonne lecture !


L’année 2016 venait de commencer. Nous avions passé les fêtes en famille : un joyeux Noël, puis le Nouvel An… Marc était alors en moyenne section, et l’école avait repris son cours au début de la semaine. Puis, le samedi est arrivé, et nous avons décidé de nous rendre à Max Aventure, une plaine de jeux couverte située dans l’enceinte du stade des Alpes.

Rien d’inhabituel : Marc connaissait bien les lieux, il y avait même fêté son quatrième anniversaire avec tous ses copains ! Aux environs de treize heures trente, je suis allée prendre un café. Jean-Marc a accompagné notre enfant au toboggan, puis est venu me retrouver, un grand sourire aux lèvres. Fier de son fils, il a claironné : « Il est devenu grand, notre Marc ! Il gère super bien au toboggan ! »

Là-dessus, peut-être prise d’un mauvais pressentiment, j’ai demandé : « Mais où est Marc ? » D’habitude, il montait et descendait le toboggan à toute vitesse, nous ne le perdions de vue que le temps qu’il fasse le tour pour y remonter. Mais là, notre fils restait invisible ! J’ai commencé à courir le long des structures de jeux pour le retrouver, sans succès. Jusqu’à ce que j’ai le réflexe de lever les yeux vers les écrans de surveillance, et que je distingue une forme allongée, immobile, dans le couloir en mousse d’une des structures… Marc ! Je suis montée le rejoindre à toute allure et, une fois à sa hauteur, j’ai vu ses yeux se révulser. J’ai hurlé, remplie d’une soudaine panique ! Jean-Marc est arrivé juste derrière moi. Je lui ai dit que nous ne pouvions pas laisser Marc dans ce passage si étroit. Il l’a alors tiré et poussé comme il a pu pour le dégager du couloir. Une fois notre fils hors du tube, il l’a ensuite porté vers un endroit où des matelas étaient posés à même le sol.

Notre premier réflexe a été de pratiquer sur Marc la manœuvre de Heimlich, car nous pensions qu’il s’était étouffé avec un bonbon ou un petit objet quelconque. Mais je me suis aperçue que Marc avait des traces de vomi sur la bouche, en plus d’être totalement inerte, et j’ai stoppé mon mari dans son action. Entre-temps, alertée par nos cris communs, la directrice du centre, Cécile, est arrivée en courant et, grande chance, elle avait été formée aux premiers secours dans le cadre de son travail ! Son premier réflexe a été d’attraper le poignet de Marc. Quand elle a constaté qu’il n’avait pas de pouls, elle a immédiatement entamé un massage cardiaque. En parallèle, elle m’indiquait le rythme pour pratiquer le bouche-à-bouche. Le SAMU a été appelé dans la foulée, et a gardé Cécile en ligne pour la guider dans la procédure. À aucun moment, nous n’avons cessé le massage cardiaque, ni le bouche-à-bouche…

Cinq minutes…

Pendant ce temps, alors même que je participais activement à la réanimation, j’avais l’impression d’être ailleurs, comme si je regardais l’action de plus loin, sans être vraiment là. Pourtant, j’étais bien là… La seule chose qui tournait en boucle dans ma tête, c’était : « Si mon fils doit mourir, je veux mourir avec lui, je ne veux pas rester sur Terre sans lui, je ne peux pas ! »

Dix minutes…

Jean-Marc pleurait, en proie à la panique la plus totale. J’essayais tant bien que mal de garder la tête froide, alors je lui ai dit d’aller attendre l’ambulance dehors pour montrer le chemin à l’équipe médicale.

Quinze minutes…

Mon mari a rencontré des militaires de l’opération Sentinelle une fois à l’extérieur et il leur a demandé de l’aide. Ils sont venus et ont pris le relais pour le massage cardiaque et le bouche-à-bouche. L’officier a voulu m’éloigner dans un premier temps, mais j’ai refusé. Je lui ai dit que j’étais la mère de Marc, et il n’a pas insisté.

Vingt minutes…

Le SAMU est enfin arrivé ! Les urgentistes ont alors intubé Marc et lui ont insufflé de l’oxygène au ballon. Puis, ils l’ont placé dans l’ambulance. Le médecin en charge de l’équipe a juste eu le temps de m’adresser ces quelques mots : « Madame, je ne vais pas vous cacher que votre fils est dans un état très grave. »

Allongé sur le brancard, notre fils semblait mort…

Le cœur pétri d’angoisse, mon mari et moi avons été installés à l’arrière d’une deuxième ambulance, suivant de près le véhicule d’urgence emmenant notre fils. Direction : le CHU Nord.


Vous avez aimé ? Vous trouverez la suite ici.

Mon métier adoré, Pensées

L’art de la biographie

Si vous prêtez attention à l’intitulé de mon entreprise, vous pourrez me voir que je me suis inscrite en tant que : « auteur de biographies pour clients privés ». Être auteur me classe dans la catégorie des artistes, même si j’ai choisi d’être auto-entrepreneur. Alors, qu’est-ce qu’un artiste, au final ? À cette question, je ne peux que répondre : « C’est celui qui fait de l’art. » Voilà qui ne nous avance pas beaucoup, je vous l’accorde… Alors, remontons aux sources et posons la question initiale : « Qu’est-ce que l’art ? » J’ai dû faire une dissertation à ce sujet durant mes cours de philosophie en terminale et j’en ai retenu qu’une multitude de définitions pouvaient s’appliquer… Pourtant, je me considère bien comme écrivain-biographe, auteur d’une création artistique. Laissez-moi vous expliquer cela par une analogie.

Imaginez un peintre, recevant son modèle dans son atelier. La personne arrive et s’installe. Le peintre trouve dans le personnage son inspiration et va ensuite décrire ses traits via un coup de crayon par-ci, une touche de peinture par-là… Le processus va durer un certain temps, et le résultat sera un portrait, réalisé grâce à telle ou telle technique de peinture, sur tel ou tel support physique : une œuvre d’art.

L’élaboration d’une biographie est similaire. Le narrateur prend place et, au lieu de placer son corps en modèle, c’est son récit de vie qu’il va nous offrir, pour que nous puissions nous en inspirer. Ensuite, c’est nous, auteurs, qui allons réaliser le travail artistique. Grâce à telle ou telle technique de littérature ou de mise en page, nous allons produire une œuvre unique, originale, qui est en fait une mise en peinture des traits de vie du narrateur. Sans celui-ci, nous n’aurions pas pu produire cette œuvre d’art mais, sans nous, il n’aurait jamais pu accéder à ce portrait de lui…

Je vous laisse méditer là-dessus : c’est ma manière de vous souhaiter une belle et lumineuse année 🙂

PS : Et n’hésitez pas à me donner votre avis en commentaire 😉

Mon métier adoré, Témoignages

Une nouvelle dédicace

Je vous avais annoncé la livraison d’hier : elle a bien eu lieu et s’est très bien passée. Cette fois, j’ai porté un carton à la fois au lieu d’en prendre deux d’un coup, et cela m’a évité un nouveau mal de dos 😉

L’émotion était au rendez-vous avec cette narratrice : elle pensait que j’avais fait tout le travail, mais elle s’étonnait elle-même d’avoir réussi à se rappeler de tous ces évènements en détail ! Elle m’a laissé une jolie dédicace… « 18 mois de travail et de partage avec Julie pour l’aboutissement de ce livre qui m’a libérée de mes démons. Merci de tout cœur Julie ! »

Je précise que je ne l’ai libérée de rien du tout, je ne fais pas dans l’exorcisme 😉 C’est le travail de se raconter et de poser les mots sur le papier qui est libérateur… Cela dit, je comprends ce qu’elle veut dire : écrire une biographie avec un écrivain, c’est vraiment un travail qui se construit à deux. Dès lors, l’écrivain-biographe est étroitement impliqué dans le processus émotionnel qui se joue. Ce n’était pas simple, mais ma narratrice en a vu le bout, et je sais qu’elle en est aussi fière que moi…

2019-12-19-Dédicace-CJ-Anonymée

Exemples de récit

Pour bien finir l’année

Tiens, que vois-je ?

Livraison-biographie-CJ

Mais oui ! C’est une nouvelle biographie imprimée !

377 pages en format A5, soit 3 fois le volume d’une biographie classique. Tirée à 20 exemplaires pour l’entourage immédiat de la narratrice.

Livraison prévue pour le 18 décembre… Une très belle manière de finir l’année pour partir sur de nouveaux projets en 2020 🙂

Exemples de récit

Le jour où j’ai décidé de partir marcher

Aujourd’hui, je souhaitais vous parler de ce livre, pour lequel je n’ai agi qu’en relecture-correction : Le jour où j’ai décidé de partir marcher, Journal initiatique d’une jeune femme sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, un récit autobiographique par Raphaëlle Meyer.

Outre le fait que l’auteure soit très sympathique, son récit est authentique, vivant, et son cheminement donne à réfléchir. Tout est dans le titre et, en même temps, si peu. En parcourant les chapitres, vous pourrez marcher avec elle et découvrir ce qui l’a marquée au cours de son avancée sur ce chemin mythique. Difficile d’en dire plus sans trop en révéler : je vous laisse voir par vous-même… 🙂

Le jour où j’ai décidé de partir marcher: Journal initiatique d’une jeune femme sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle

Exemples de récit

Féminin Malher, le replay de France 5

Je vous parlais ici de cette histoire de naissance prématurée qui m’avait beaucoup touchée. Aujourd’hui, vous pouvez voir l’auteure du livre faire une apparition dans les Maternelles, sur France 5. La vidéo dure cinq minutes, et c’est plaisant à voir. 🙂

https://www.youtube.com/watch?v=CjIrPnG866c

 

Exemples de récit

Féminin Malher, histoire d’une naissance prématurée

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un livre que je n’ai pas écrit. Une histoire vraie, comme je les aime !

Féminin-Malher-Histoire-D-Une-Naissance-Prématurée
Féminin Malher, histoire d’une naissance prématurée

Ce livre a été écrit et illustré par Anne Malher, maman de la petite Agathe, née à sept mois de grossesse dans des conditions dramatiques. Sous une forme mixant la BD et le roman graphique, cette illustratrice de profession raconte les premiers mois de vie de sa fille avec une grande tendresse. Les tâches d’aquarelle qui servent d’arrière-plan à ses dessins font ressortir toutes les émotions qui l’ont traversée durant cette période. Vous l’aurez compris, je vous le recommande !

La campagne de crowdfunding, à laquelle j’ai participé, est terminée. Vous pouvez à présent vous procurer le livre sur le site des éditions Pourpenser : https://www.pourpenser.fr/ados-adultesdes-9-ans/482-feminin-mahlernaissance.html

Bonne journée et bonne lecture !

Exemples de récit, Mon métier adoré

Marc L’invincible

Bonjour !

Dans cet article, je vous expliquais qu’il m’arrive d’écrire des ouvrages qui ont vocation à être diffusés au plus grand nombre.

Je viens justement de finaliser le livre qui relate l’histoire de Marc L’invincible, un petit garçon victime du syndrome de Wolff-Parkinson-White, une maladie rare qui n’a pas été diagnostiquée à temps car il n’en présentait aucun symptôme… jusqu’à ce qu’il s’écroule d’un arrêt cardiaque à l’âge de quatre ans.

Les parents de Marc lui ont prêté leur voix, et je leur ai, à mon tour, prêté ma plume, pour décrire les épreuves qu’ils ont traversées. Beaucoup, beaucoup d’émotion dans ce livre !

Je vous invite à découvrir cette biographie sur Amazon, en version e-book ou en version imprimée : https://www.amazon.fr/dp/B07Y4KC5S1?ref_=pe_3052080_397514860

Lisez, partagez, commentez et parlez-en autour de vous ! Tous les bénéfices serviront à payer les soins médicaux de Marc, ainsi qu’à financer la traduction du livre en langue anglaise, pour une diffusion au plus large.

2019-07-18-1ère-couverture-SSP-V2-EBOOK

 

Merci encore à la famille de Marc pour leur confiance dans ce projet.

Markousha vaincra !

 

 

 

Exemples de récit, Mon métier adoré

Un projet achevé…

La livraison dont je vous parlais dans l’article précédent s’est très bien déroulée. J’ai remis les cinq exemplaires commandés à la fille de la narratrice, ma cliente. Nous avons discuté de l’ouvrage, de la santé actuelle de sa maman, et de choses et d’autres. C’est vraiment un plaisir de se rendre compte qu’au-delà du travail en lui-même, les relations qui se construisent en filigrane sont également porteuses de sens… et de joie !

J’ai reçu l’autorisation de vous montrer la couverture du livre (anonymée). Et j’ai même eu droit à une petite dédicace !!!

1ère-couverture-GM-anonyméeDédicace-biographie